En ce moment

“ Le sens de la peine ”

Lignes - Éditions Léo Scheer

Des verdicts abstraits, non expliqués et non explicables, ressentis comme subjectifs et irrationnels (éloignement impuissant d'une dangerosité sans questionnement, temps imaginaire dévolu à une réflexion enfermée sur elle-même, temps dissout à vie) déstabilisent l'analyse : la vengeance est-elle proportionnelle à un temps de souffrance rendue, l'homme sera-t-il moins dangereux après une longue période d'enfermement forcené qu'après une courte, la durée disproportionnée des périodes d'incarcération doit-elle trouver sa justification dans l'absence de contenu manifeste de la détention ?

Elle est le présent absolu (et parfois longuement attendu), elle tourne résolument le dos au futur et au passé et se met en scène toute seule : elle s'appelle la condamnation. Instantanée, autoritaire et presque définitive, elle prétend se suffire à elle-même : le sens de la peine se trouverait donc dans le jugement, à lui seul ! ? Et tout ce qui s'en suivrait serait hors sujet : de la gestion anecdotique et accessoire !

Le contenu de la peine pose une question qui reste insolemment en suspens, et l'indication de sa durée fera office de réponse. Peu nous importe que cette justice (et ses valets médiatiques) apaise ou excite : la prison n'est pas une réalité pour la société, elle est un concept, ou selon les cas, un fantasme. Leçon de non sens !

Devant nous des idées courageuses et fondamentales, que des dispositifs pilotes nous ont appris, permettent de changer bien des choses.

Préface : Madeleine Rébérioux.

 








Nicolas Frize / les Musiques de la Boulangère © 2011