êtres

Dispositif culturel et création musicale sur le thème de

2006-01-01

Villepinte, Villeneuve-la-Garenne, Fontenay-sous-Bois, les Lilas, Saint-Ouen et Saint-Denis (2004 à 2006)



Une résidence simultanée dans 7 villes
Ce dispositif de création a offert six situations de résidence simultanées au compositeur Nicolas Frize et aux populations, aux institutions, aux associations, aux musiciens, aux habitants… de Villeneuve-la-Garenne, Fontenay-sous-Bois, Les Lilas, Montreuil, Villepinte, Saint-Ouen, Saint-Denis.
À travers un processus de « mise en œuvre », d’élaboration collective dans la cité, le compositeur a dessiné les contours d’une « anthropologie en marche »: c’est un processus original, sur ce thème de l’étranger, qui a été lancé :
Une dizaine d’universitaires et chercheurs ont été impliquées  au sein du projet « êtres », et constituent un « comité de suivi » autour des Musiques de la Boulangère. Ils sont historiens, philosophes, anthropologues, sociologues, cartographes ou poètes.
Le processus de création consistait dans un premier temps à engager avec les participants musiciens, un chantier de réflexion sur l’altérité. Dans chaque ville, des groupes se sont formés autour du projet. Ils ne se connaissent pas, ont tous des pratiques et des parcours différents. Certains viennent tout juste d’entrer en CM2 ou en terminale, d’autres sont inscrits dans un club de retraités ou pratiquent assidûment le football, certains encore sont actifs dans une association de femmes ou bien apprennent à jouer du violoncelle au conservatoire ! Les séances où ils se retrouvent sont l’occasion d’une parole « déliée » déclenchée par un aspect du thème de l’étranger. Un intervenant vient présenter sa recherche, sa vision propre du sujet. Les réunions sont enregistrées et entièrement retranscrites, une matière vivante pour les autres groupes et les séances futures. Les échanges, de jour en jour et de ville en ville, se sédimentent, les textes et les retranscriptions finissent par voyager loin…
Alors que les mots circulent, des sons de toutes sortes sont captés dans les villes et dans la vie des gens : les musiciens entraînent un preneur du son sur les traces de leurs sonorités intimes et communes. Du ruissellement d’un robinet espiègle au 5e étage de son immeuble  au souffle du vent dans les peupliers du parc, les témoignages sonores des villes et des individus s’écoutent, se sentent, se font miroir, écho ou rempart et commencent de s’orchestrer.
Comment la rencontre et les échanges de l’ensemble des groupes peuvent-ils engager l’écriture d’une partition contemporaine originale et donner vie à une représentation musicale publique ? Comment un grand chantier de réflexion sur un thème peut-il accoucher d’une partition musicale ?
Trois lieux dans chaque ville sont choisis pour l’amarrage de la création achevée. Les auditeurs se déplacent d’un endroit à l’autre dans un parcours sonore figurant cette question de l’étranger. Les déplacements au sens propre comme au sens figuré deviennent des métaphores du thème. La musique devient l’espace de l’entendu en sublimant les idées, mues en épreuves sensibles…

Thématique
Qui est l’étranger ?
Alors que cette énigme occupe sans cesse la sphère publique, il est sans doute nécessaire d'endiguer le tumulte ambiant.

Faut-il nous départager en catégories et nous dissocier les uns des autres ? D’où nous vient ce besoin à vouloir ou non se reconnaître dans l’autre ? Quelle intentionanime celui qui désigne l’autre comme un étranger ? Sous quels tristes augures la notion de race a t’elle été inventée ?
Je suis bien
indissociable des autres.
La peur de l’étranger et donc du monde, le racisme, le narcissisme patriotique, l’individualisme, l’enfermement identitaire… sont des comportements très irrationnels, en face desquels la connaissance, l’histoire, la réflexion, la raison sociale sont trop souvent impuissantes. La souffrance guette.
Faire appel à la psychanalyse, aux sciences, à la philosophie, les lier à la musique, à la création artistique, c’est s’accorder du temps pour comprendre le choc de nos représentations et de nos contradictions.
Supériorité, culpabilité, amalgames, catégorisations, ne procurent de jouissance à aucune des parties et engendrent pourtant bien des conflits et dévastations.
Les formes de l’exclusion de l’autre et les traits énigmatiques du racisme tendent à se métamorphoser dangereusement en une haine de celui qui nous est paradoxalement de plus en plus proche, grâce aux moyens de communication, aux moyens de transport, à nos mobilités multiples. S’interroger sur la multitude, l’individu, l’intime et le collectif mais aussi questionner ce besoin contemporain de la quête identitaire, changer de sujet, déplacer notre propre sujet, là sont peut-être les urgences.
L’échafaudage de ce projet musical, déployé sur un an et demi, préfigure son thème. Chaque objet est singulier et inattendu. L’émotion sonore est une promesse de respiration pour sublimer un espace où les malentendus sont légions…

Quand le langage se retire, que la musique qui sourd, commence de se déployer dans les immenses espaces inter personnels,
Quelque chose d’indicible  se diffuse, retient  les voix du malentendu  et ouvre aux voies de l’entendu.

"êtres", dans sa matière même, tente d'interroger les multiples formes de séparation et d'incompréhension qui génèrent indifférence et ressentiment, dégénèrent trop en craintes, mépris et discriminations. L'acte artistique se veut en prise avec le réel. A-t-il d'autres alternatives ?

1er mouvement
1er lieu –
déambulation emmêlée
L’homogène, l’identique, le même, l’invariant, l’uni, le fidèle…
Invention de l’unité, de la fusion, de la conformité, de la confusion, du consensus, de l’identité nationale et de la culture commune, artifices de l’autonomie, de l’indépendance, de la communauté, du modèle, pulsion frénétique du clan, de la famille, quête folle des racines, des origines, de la souche, de la race, de la terre d’origine et de la terre d’accueil, de la terre des morts comme terre des vivants, obsession de l’appartenance, de la consanguinité, de la caste et du groupuscule, de la catégorie et de la classification, de l’étiquette et de la différence, fantaisie de la langue, de la couleur de peau, de la morphologie et de la physiologie, de la culture et des coutumes comme territoires de reconnaissance à venir, conservation et repli érigés en instincts, désirs d’uniformité et de séparations, amour du cercle et de la bande, de la phratrie et de la tribu, création de la patrie et de l’ordre, du territoire et de la division, de l’espèce et des échelles, vertige, vertiges.
Debout, vacillante d’hypocrisie et de bonheur, baignant dans la survie et le soi-même, affublée de cohésions de fortune, promouvant le territoire individuel en système vital, érigeant la naissance en fortification, la multitude apeurée fait de la musculation avec le récit de ses conquêtes historiques et le fleurissement des champs de ses morts. Elle se conduit toute seule au chaos dans l’entremêlement de ses désirs sans cesse consommés dans le manque, elle joue aux jeux d’argent avec les corps, avec la proximité et les reconduites aux frontières mentales, elle singularise et personnifie, dénonce  et jouit, elle rassemble pour se défendre, elle s’emmêle pour ne pas se mêler, elle fuit les causalités et agit dans l’instant, pioche, trie, classe, prend et jette, capte, vole, compte et conserve, sélectionne et mange et ingère et rêve d’assimiler, boulimique et souveraine, sûre et certaine. Son projet le plus doux est d’être seule au « monde » !

1er mouvement
2ème lieu –
lectures
Ecouter les sons, écouter les mots ? Entendre les mots, comprendre les sons ? Qui induit le sens, qui construit la sensation ? Le locuteur, l’émetteur ou l’auditeur ?

Inviter des gens à partager un moment musical n'est pas un acte anodin. La rencontre n'est jamais acquise. Les réticences, de part et d'autres, sont nombreuses et compréhensibles, les causes de malentendu innombrables.
Les espaces de représentation ont une histoire et des fonctions propres, les conditions d’écoute sont parfois contradictoires. L’appropriation par chacun sera bien sûr singulière. Mais les désirs et les attentes respectives doivent-elles coïncider ? La mise en commun ne va pas de soi. Se déplacer ensemble physiquement, est un signe, rien de plus : chacun de nous se déplace à sa façon.

2ème mouvement
3ème lieu –
installation rayonnante
Assis dos à dos, l’écoute s’abandonne au travail, travail de déconstruction du manque à voir.
La reconnaissance cède sa place à l’ouverture, à l’inédit, à l’arrivée, au voyage et à l’inconnu.
Hétéronomie.
Complexe et moelleux, variant et changeant, singulier et pluriel, mouvementé, chaque être va puiser hors de soi les principes ou les conditions ou les pensées de ses actions. Relations.
Abolition des rapports.
Ici les relations sont affaire de densité, matériau sans cesse dansant, parlent d’irrencontrables ou d’inséparables, de masques sonores qui voilent ou dévoilent, de sons composites indécomposables, de solistes merveilleux, liés simultanément à leur instant et à l’histoire, disent l’épuisement des majorités et des minorités, retracent des séparations et des solidarités…, ondulations, tremblements.
Composer c’est poser de côté, pas dedans ni avec.
De matières en matières, hors de soi en soi, la multiplication défie les additions et les sommations. Elle opère des mutations, elle change les nombres en idées. Se dessaisir de soi, laisser aller le vide, ne pas remplir, se laisser faire à plusieurs, laisser tomber la peur, ne pas se laver les mains, cesser d’inventer toujours l’autre.
Entre nous, aucune différence / tellement uniques. La seule chose qui nous mobilise, ce ne sont pas les états, éphémères ou pire définitifs, qu’on ne peut s’empêcher de dénommer, ce sont les relations entre des sujets relatifs pris dans des situations. Non pas toutes sortes d’univers en relation, toutes sortes de relations qui modifient à l’infini toutes tentatives d’univers propres. Pourquoi faire un avec deux, avec dix, avec un million, pourquoi réduire, partager, diviser, induire.
Se laisser faire à plusieurs. Cascades, roulements, ricochets.

La création artistique, la "pensée sensible", n'emprunte pas les mêmes chemins que la "raison pure" et la "raison pratique". Si les intersections et les correspondances sont nombreuses, elles semblent impossibles à baliser. Il faut simplement les rendre possibles et se frayer un petit passage entre les contre-sens et les sens uniques.

3ème mouvement
4ème lieu –
station convergente
Nous avions le désir de bouger, d’échanger les rôles, peut-être de tourner, de partir écouter.
Il s’agit d’une lente et majestueuse métamorphose, à peine proche du silence, suspendue, dans une voie musicale au service d’une idée simple : « je » est un autre !
Une calme architecture de sons imbriqués, déploie le long d’une foule de matières caressantes, en construction et en déconstruction, une trame mi concrète mi abstraite, sans cesse évoluante. La transformation est d’abord formelle et oeuvre comme la traduction tranquille d’un texte indicible, touche à la sensation. Elle tourne autour de soi, un autour dans le temps, un autour dans le lieu,  un autour dans l’idée.
Le dessein est ici sensoriel et métaphorique en même temps, il s’agit d’enlever le regard, de déplacer un centre et sa supposée périphérie, de nier les lieux, d’évacuer le sol et ses références, de prendre l’espace en travers. L’engagement des corps est en dedans, écouter seulement pour entendre danser ce qui sourd.
On pourrait presque dire cela de toute la partition.
Il faudrait en débattre.
Car c’est l’auditeur qui écrit la musique, qui choisit ce qu’il entend comme il l’entend, c’est lui qui fait la mise en scène, se meut ou se fixe, emporte avec lui son histoire, son écoute, sa mobilité. Et alors : pourrions-nous établir des corrélations entre toutes ces perceptions singulières, mettre en mouvement notre expérience commune ?

Le parcours musical intègre les sons de la Cité, qu'ils soient personnels, familiers ou "autres". "êtres" prend ainsi corps dans des villes saturées de mémoire, de signes, de souffrances, mais aussi de désirs…Tant de villes invisibles ! Nous aurions aimé toutes les mettre en concert.
Frédéric Kahn

Créations lumières : T-I-L-T- François Fouillhé et Jean-Baptiste Laude
Graphiste : Nadja Massinot - Fol Avril, graphiste
Photographies : Bernard Baudin - le bar Floréal


Accompagnement scientifique (ressources et réunions de cadrage) :
Etienne Balibar, Fethi Benslama, Sidi Mohammed Barkat, Abdelkader Benalli, Alban Bensa, Véronique De Rudder, Nacira Guenif, Alain Joxe, Olivier Le Cour Grandmaison, Gilles Manceron, Gustave Massiah, Bertrand Ogilvie, Jean-Christophe Victor

Accompagnement professionnel (réunions de cadrage)
Francis Lacloche, Marc Lacreuse, Franck Lepage, Claude Renard

Intervenants thématiques
Abdelkader Benalli, Alexandre Costanzo, Camille Gardesse, Johän Harnsten, Alix Hericord, Raphaël Lagier

 



+ d'Articles :

Langage d'un jour

2010
Paysage sonore continu, pour voix et voix, mots et mots... en trois temps... et trois espacesThéo Merigeau, Hsiao-Yun Tseng, Ya-HuiLiang, Jérémie...

la - concert de porcelaine

2009
Cette œuvre est l’aboutissement d’une résidence de trois ans que le compositeur Nicolas Frize  conduit dans la Manufacture Nationale de...

喜鹊 « Shi Tchué »

2008
Nicolas Frize, compositeurHu Chenyun, Mi Songjie, Lan Yupeng, Wu Hui, Qiao Haibo, siffleurs chinois (kouxians, koudis, dizis, suona)Cyrille Brissot,...

Le Chant de la Chair

2001
Avec Alexandre Régis et François Marillier (ces deux musiciens présentent un contraste morphologique recherché pour l'exécution de la...

Rêves de hotte

1999
Avec Alain Accard, Gérard Authelain, Nathalie Barbey, Michelle Bernet, Anne de Broca, Anne Bustarret, Benoît Caillard, Marc Caillard, Agnès...

Concert de locomotives

1998
Création en hommage aux futuristes du début du siècleAvec Jean-François Ballèvre, Nicolas Mallartre, Jean Rochas, Christian Heintz... neuf...

Patiemment

1994
"Je voudrais lutter à vos côtés, transformer l'image stéréotypée de ce lieu auquel sont attachées les idées de silence, d'enfermement et de...

À fleur de peau

1993
Avec Chantal Aguer, Christine Lagniel, Claire Talibart, Cyril Hernandez, Eve Payeur, Gaston Sylvestre, Hélène Colombi, Hsiao-iyin Wang, Laurence...

C'est l'heure

1990
Hommage poétique et ludique à la tableAvec Lucie Jolivet, Geneviève Lacorne, Jean-Louis Bindy et François BedelPièce courte commandée et...

Concert de pierres - 3ème

1990
Reprise du dispositif du "Concert de Pierres 2ème" et réécriture musicale.

Concert de pierres - 2ème

1989
Avec Jean-Pierre Drouet, Gaston Sylvestre, Willy Coquillat, Françoise Gagneux, Jean Rochas, percussions, Lucie Jolivet, soprano, Serge Garcia,...

Concert de timbre (1&2)

1987
Avec Christian Mariotti, Jean Couturieux, Frédéric Jeannet, percussions, Marie-Laurence Cazaux, clavecin, célestaOn fait sonner le téléphone de...

Concerts de Pierres

1986
Avec Nadège Clément et Nicolas Mallarte, sopranos, Willy Coquillat et Jean Rochas, percussions, orchestre minéral interprété par Agnès Boury,...

Concert de Savants n°1

1987
Créé pour la fête de la musique en 1987, face à la géode (public sur la passerelle principale)Deux cents interprètes professionnels et amateurs...

Voix-ci, voix-là

1986
L’art n’est pas dangereux : Arts-7, festival qui s’est tenu en 1986, à Rennes, avait radicalisé cette idée fort juste et pourtant...

Concert de haine

1986
Sorte de « 2ème mouvement » du « Concert de baisers » (donné pour la fête de la musique 1983) - en réponse à l’évolution politique...

Concert de Bébés 2ème

1985
Avec Caroline Louis, Youn Lebeller, Solène Durox, Alexis Deligne, Simon Fretel, Pierre-Yves Aubin : ces jeunes interprètes solistes avaient tous à...

Ouvert pour travaux

1984
La manifestation s'est déroulée dans le chantier de l'ancienne gare, interrompant quelques jours les travaux de réhabilitation.

Concert par la racine

1984
Avec Dominique Lemonnier, violon, Marc Marder, contrebasse, Claude Villevieille, hautbois, Hervé Ghislain, clarinette basse et un grand ensemble,...

Concert de baisers

1983
Recrutés pour l’occasion, 300 instrumentistes du baisers, venus de la capitale et d’Ile de France, choisis après sélection, entraînés à la...

Du Pain sous les Ponts

1982


Partition écrite pour l'Harmonie des Sapeurs-Pompiers de Paris et douze véhicules d'intervention (accordés)

 

Musique en blouse

1982
Envahissant leur atelier de mécanique générale, sur les machines (fraiseuses, tours, rectifieuses, étaux-limeurs) détournées en instruments de...

Concert vertical

1978
1979 ?

Palimpsestes

2016
Œuvre acousmatique du 11 au 14 octobre 2016Le Groupe de Recherches Musicales de l’INA a souhaité accompagner Nicolas Frize dans la suite de sa...

Silencieusement

2015
Concert itinérant en six mouvements - du 7 au 9 octobre 2016La résidence La résidence du compositeur aux Archives nationales, débutée en 2014,...

J'entends tout !

2016
Parcours sonore en quatre mouvements, pour instruments, voix et objets sonores avec la participation de l’ensemble de l’école Concert et...

Intimité

2014
Nicolas Frize, compositeurPatricia Kraeutler, flûte, Patrice Antonangelo, trompette, Stéfan Legée, trombone, Philippe Legris, tuba, Nadia...

Peut-être, ça va... arriver

2013
"Un texte où il est question d’enfance, de souvenirs qui filent, de mémoire qui s’effiloche.Une partition musicale qui joue avec le texte comme...

« Ouïe-Dire »

2013
Travail d’écoute, de lutherie (à partir de grès noir et de matériaux naturels), d’écriture sonore et d’interprétation musicale avec huit...

Amours en vie

2013
Fête des Vendanges 2013 « Montmartre fête l’amour »Mairie du 18ème à Paris – le 9 octobre 2013Action musicale collective proposée par le...

Chaos à quai

2014
 Frénésie musicale de Nicolas Frize« Des sons s’engouffrent dans la gare, il paraît qu’ils viennent de Brives. Filant à vive...

Soufflé

2011
Palais de musiques, labyrinthe de voix et d’instruments, loft sonore géant, concert permanent à tous les étages, festival de créations, galerie...

À petits pas

2006
Résidence de Nicolas Frize, à l’invitation de la Mairie de Signes et sous l’impulsion d’Alain Maillet, entre septembre 2006 et juin 2007....

Je ne sais pas

2011
« Je ne sais pas… » crée de multiples jeux de traduction, que ce soit d’une langue à une autre, ou d’un langage à un autre...

Nébuleuses

2003
Entre le gaz, le solide et le liquide, allant des fourmillements aux nappes, des grandes vitesses aux immobilités, des grandes densités aux...

Musique contemporaine au village

2010
Chaque année, depuis 2009, Nicolas Frize mène un projet musical avec les élèves et l’équipe pédagogique des écoles maternelle et...

Je t'aime, je meurs

2003
Avec François Le Roux et Noël Lee à Saint-Denis, puis Dominique Ploteau et Jonas Vitaud à Paris.Le livret, réalisé par le compositeur, est un...

Desseins

2002
(…Cette création et ces concerts sont la deuxième partie de “Carnet de notes”, qui fut donné à la salle de la Légion d’Honneur de...

Carnet de notes

2002
« Carnet de notes » : des écritures, jusqu’alors secrètes, fruits du travail studieux, crayonné, raturé, dessiné dans la concentration...

Auguste s'envole

2001
Neuf partitions s’enchaînent dans quatre lieux successifs les unes à la suite des autres. Elles ont toutes une durée propre de 9 minutes et sont...

Du plus profond

2000
Réalisé avec 300 interprètes cubains (Clôture du Festival de Musique Contemporaine de l’Unéac) puis 300 interprètes français (3 villes de...

Deux instants

1999
Avec Isabelle Chevalier, organiste et Lucie Jolivet, voix émergenteDans le cadre du Festival du Groupe de Recherche Expérimentale de MarseilleUn...

Un instant

1994
Avec Michel Bourcier, Lucie Jolivet et le chœur des Musiques de la BoulangèreCréation inaugurale du nouvel orgue (facteur Daniel Birouste),...

Le ciel m'est monté à la tête

1982
Avec Jean-Louis Bindi, baryton, haute-contre, Nathalie Barbey et Lucie Jolivet, soprani, Nancy Daveau, mezzo, Nathalie Carraud et Agnès Bouy, alti...

Hommage aux mots

1987
Avec les voix de C. Rich, Kriss, J. Artur, R. Gicquel, M. Morelli, J. Livchine, L. Badie…Œuvre multi-pistes commandée par le ministère de la...

Vous avez la ligne

1981
Avec Béatrice Cramoix, soprano, Pierre Danais, ténor - mise en scène : Mireille LarrocheThème : le Réseau, espace de convivialité insolite dans...

Paroles de voitures

1984
Cette pièce est écrite à partir des enregistrements de l’usine. Parmi la quasi totalité agressive et néfaste des bruits, parfois, perdus,...

La voix des gens - Chronique musicale numéro 1

1996
Chronique n°1 - prisme mobile - l’oreille en dedans - paysage centrifugeAu cœur de la voix, son corps.La matière, la couleur, la densité, la...

La voix des gens - Chronique musicale numéro 2

1996
Chronique n°2 - exposé de l’altérité - l’oreille en dehors - paysage centripèteLes ressources sonores et donc musicales de l’organe vocal...

La voix des gens - Chronique musicale numéro 3

1996
Chronique n° 3 - déclaration d’existence - l’oreille traversée - paysage dans le paysageDans une immense friche industrielle abandonnée,...

La voix des gens - Chronique musicale numéro 4

1997
Chronique n° 4 - Équilibre et désordre - L’oreille Mobile - Paysage dans la matièreAller au fond : le temps d’un questionnement sonore qui...

La voix des gens - Chronique musicale numéro 5

1997
Chronique n° 5 - Déséquilibre et ordre- L’oreille Immobile - Paysage hors de la matièreLes voix volent, le son semble flotter, se fondre et...

Tout contre

1993
Cette partition est dédiée à l'univers urbain, à son environnement sonore, à ses mélanges, ses bruits témoins de ses richesses, ses échanges,...

La voix des gens - Chronique musicale numéro 6

1997
Chronique n° 6 ­ Multitude - L’oreille singulière - Paysage instantanéIl nous reste tant à ouïr !1 voix + 1 voix = 100 000 voix.Chacun de...

La voix des Gens - La Voixthèque

1997
Réalisation en parallèle d’une Voixthèque, mémoire sonore de 200 voix du nord de Paris, d’un ACR - Atelier de Création Radiophonique pour...

La voix des gens - Chronique musicale numéro 7

1997
Chronique n° 7 ­ Unitude - L’oreille multiple - Paysage dans la duréeJe me suis engagé une 1ère fois… Je n’aurai donc jamais fini !Faire...

Li(v)res en scène

01
Mise en scène à l’attention d’un auditoire préparé, de la lecture silencieuse et collective d’une œuvre littéraire choisie et projetée...

Révolution, je t'aime

1998
Création « presque » spontanée pour un ensemble de douze instrumentistes et une foule pensante et chantante.Un hommage aux 30 ans de la Maison...

L'ouïe, le vide et la musique

1998
Présentation musicale, sonore, visuelle… alternative le long d’un immense parcours souterrain, faisant suite à un atelier de recherche...

Le flux, la coupure et la suspension

1999
Présentation dans quatre cafés de quatre villes du 93 d’un travail de quatre mois, comprenant la constitution d’une mémoire sonore de ces...

Choeurs de Canal

1981
Concert flottant ininterrompu : cinq heures de musique sur bande magnétique et vocale (80 choristes), de lumières, d’artifices, et d’animation...

Vases communicants

1976
Commande du conseil général de la Seine-Saint-Denis pour la cérémonie des voeux annuels : programme musical constitué de pièces musicales...

Musique en pistes

1979
Ensemble d’œuvres sur bande, créées en multi-pistes, vocales et concrètes.Concert électroacoustique en haute montagne.La régie de...

Une histoire de pigeons et de tourterelles

01
Une quarantaine d'enceintes acoustiques sont disposées autour de la Grande Halle, sur le périmètre extérieur, sous les retombées de la toiture...

Les maisons chantent

1981

Sur le bout de la langue

2016
Première édition (2009) : Performance dans le cadre de la création de Nicolas Frize : Je ne sais pas…Dialogue entre neuf personnages parlant...

Champagne majeur

01
Conception pour le stand de France-musique d’un buffet Musical (enregistré), avec des interventions discontinues du choeur d'enfants et des...

Deux peintures de peintre

2012
Première (et dernière) création exclusivement électronique de Nicolas Frize. réalisée lors d'une résidence de deux mois à la faculté de...

La danse des traductions

2010
Un présentateur fou introduit et commente des courts-métrages ou extraits de films projetés dans une salle de cinéma. La programmation mêle un...

Conversations inouïes

2010
Séance d’invitation à la peinture, au dessin et à la calligraphie abordés comme des “langues vivantes”. Une double interprétation...

Ecoute écoute (1)

2008
Paysages transportés, forêt sonore, campagne urbaine et couleurs de ville, océan d’oiseaux et de cailloux, voix de silence et éclair de pluie,...

Petites vacances rue Watt

2005
Création à partir d’œuvres personnelles et d’œuvres du répertoireAvec Muriel Ferraro (alto), Christophe Laporte (alto), Florian Westphal...

Composition française

1991
Création sur les apports étrangers présents à travers les siècles dans la culture française : ici comme ailleurs, les notes savantes...

Chœurs d'enfants - Marguerite et Boniface

1979
« Marguerite et Boniface » à Créteil a marqué la clôture et une sorte d’aboutissement de cette série de créations pour grands chœurs.La...

Chœurs d'enfants - Norbert et Blandine

1978
À l’occasion de sa création, l’Atelier Régional de Musique présente le travail que le compositeur Nicolas Frize, conseiller de l’Atelier, a...

Chœurs d'enfants - Léonard et Magali

1977
Ce concert est l’aboutissement d’un travail vocal mené pendant deux mois d’animation et de répétitions dans trois écoles primaires de...

Grands chœurs d'enfants

1977
Ce travail contient trois aspects :• Un propos pédagogique alimenté à la fois chez les enfants par la découverte de la musique contemporaine,...

Elle est belle

1985
Mise en scène Jean-Louis Gros, scénographie Yves Cassagne, Livret de Mathilde La Bardonnie. Orchestre l'Ensemble 2E2M sous la direction de Paul...

Incidemment

1998
Toute la relation qui va suivre (mais pas seulement elle, parlons aussi de la façon dont chacun advient mais plus encore, de la façon dont le...

Manifeste musical

1989
Production organisée en hommage à la Révolution Française, donnée de façon "sauvage" et spontanée, sans autorisation ni aide financièreLe...

Passion profane

1991
Partition montée avec une trentaine de détenus longues peines dans le cadre d’une résidence de cinq mois du compositeur dans l’établissement....

Que souffle la tempête

1989
Commande de l'établissement public de Cergy-Pontoise, pour la commémoration de l'anniversaire de la Déclaration des droits de l'homme (création...

T'entends ce que j'entends ?

1993
Avec Marie-Claude Vallin, soprano, Jacqueline Cellier, soprano, Luisa Diez, alto, Gisèle Ergol, alto, Marie Valin, comédienne, Jean-Louis-Bindi,...

Nos yeux ont des reflets rouges

2012
Inspiré du caractère et de la scénographie des opéras populaires de la période de la révolution culturelle chinoise. Avec Nathalie Barbey,...

êtres

2006
Une résidence simultanée dans 7 villesCe dispositif de création a offert six situations de résidence simultanées au compositeur Nicolas Frize et...

Dehors au dedans

2009
Un ensemble constitué d’une chanteuse alto et d’une vingtaine de musiciens joue sur une scène éclairée par des petites lampes. Des sons...

Maintenant

2006
Sur la résidenceA l'invitation de Radio grenouille, le compositeur Nicolas Frize "entre en résidence" à Marseille. Invité à partager sa méthode...

Le Philharmonique des mots

2010
Cent « choristes », deux instrumentistes, un chef d’orchestre, une partition, un livret... et une salle.C’est la recette (culinaire) du «...

être sujets dans son travail

2014
Cette manifestation a été inaugurée à la Maison des Métallos (Paris 11e), les 19 et 20 avril 2012, une seconde édition a eu lieu les 23 et 25...

Fenêtres sur Fenêtres

2014
L’association met en œuvre un projet d’envergure, sur le thème de la culture et du travail, associant l’établissement pénitentiaire de...

Danse - Cie L'esquisse

1986
Derrière le mur - Festival d'Avignon, Cloître des Carmes (1986), Théâtre de l'Hotel de ville à Paris,, Théâtre Bunkamura, Tokyo (Japon),...

Danse : Compagnie Red Notes

1981
Route de Louvier-Juzon -  Grande salle du centre Georges Pompidou (1986)En collaboration avec le GRCOP (Groupe de Recherche Chorégraphique de...

Danse : Compagnie

1976
Chorégraphies pour Jacques PatarrozziAvec Jacques Patarozzi, Dana Sapiro, Malou Airaudo, Dominique Mercy, Héléna PikonThree - Présences - Quatre...

Vous avez la ligne

2012
Avec Béatrice Cramoix, soprano, Pierre Danais, ténor - mise en scène : Mireille LarrocheThème : le Réseau, espace de convivialité insolite dans...

Danse : Centre chorégraphique de National de Basse-Normandie

1987
Elul - Théâtre de CaenCréation pour l'Ensemble Instrumental de Basse-Normandie (flûte, hautbois, basson, cor, percussions, clavecin, violon,...

Dédicaces

1993
Stéphanie Aubin

Orphée, mettez-y du vôtre

1992
Stéphanie Aubin

Nos images et les leur(res)

1990
Stéphanie Aubin