Incidemment

Pour basse, ténor, violoncelle, synthétiseur, voix choristes, objets sonores et bande magnétique (partition montée avec une quinzaine de détenus longues peines).

1998-01-01

Centrale Pénitenitiaire de Saint-Maur (Indre) 1998.



Toute la relation qui va suivre (mais pas seulement elle, parlons aussi de la façon dont chacun advient mais plus encore, de la façon dont le groupe va se tendre, s’identifier, se socialiser, s’organiser, se mouvoir…) va dépendre de la nature et de la justesse des idées qui nous traversent, qui nous travaillent ! Ici, musicalement, trois idées s’exposent, se cherchent puis nous mettent en chantier :
1. Forme fermée propre : la première n’a pas d’écrit, elle est un workshop : la proposition est d’exécuter un accellerando de 4’ à partir de motifs sonores individuels libres, élaborés avec un, deux ou trois objets simples. Le motif n’est pas censé bouger dans sa structure, ni dans son timbre, mais seulement dans sa vitesse. Au ralenti, ce sont des points rares et indistincts qui avancent en s’enchevêtrant de façon aléatoire, puis le motif émerge, puis il s’emballe et l’interprète devient virtuose. Plus la vitesse augmente, moins grande est la maîtrise du son donc l’intention de l’interprète, plus la vitesse est lente et le motif décomposé, plus le son est écouté pour lui-même, isolé et rendu solitaire, voire gratuit, plus l’interprète contrôle la qualité du son.
De son côté, le silence ne vaut que lorsqu’il est grand, plus il se raccourcit, moins sa conscience est prégnante, et lorsqu’il est très bref, il n’a plus aucune fonction musicale, il a même disparu de toute conscience, il n’est même plus entendu !
Il est très difficile de ne pas associer l’accélération à l’amplitude, de ne pas augmenter considérablement la vitesse sans l’intensité sonore, et ce de façon unilatérale et totalisante : plus les sons sont forts, moins ils varient, moins ils en disent, plus ils sont ”grossiers”, moins ils ont de plan, de distance, d’intention plurielle… De fait, l’aspect rapide combiné à un forté n’est pas du même ordre musical que livré à lui seul : le forté selon les cas est une forme de colère volontaire, d’expansion ultime, d’éclatement centrifuge, de jubilation, le débit rapide est selon les cas, une forme de panique, de virtuosité, de précipitation, d’excitation, de transe, d’émerveillement, de stress ! Tous les deux ont en commun qu’ils semblent se diriger vers un point de rupture, vécu comme une jouissance libératrice (et paradoxalement privative de durée de jouissance) et comme un éclatement, une implosion, une mort physique, une fin.
Théoriquement, un tel projet se présente comme une mine, un creuset de métaphores, voire un lieu philosophique. Musicalement, il n’en est pas de même ! Rien dans un crescendo ni dans un accélérando, à fortiori encore moins dans leur combinaison anecdotique, ne présage d’un effet sonore inédit, d’un ”message” musical porteur d’impressionnisme, d’une forme sonore complexe et riche, d’une structure évolutive, d’un propos esthétique troublant ou émancipant. Comment à travers ce projet formel de la précipitation du temps d’un multipoint vaste, lointain et relâché vers un point O, serré, proche et tendu, sorte de point de non retour, programmé comme aboutissement extrême et inéluctable, construire une pensée musicale inédite, riche et plurielle ?
2. Forme ouverte : la seconde ennonce un paysage libre, de même durée, composé de séquences indépendantes et progressant de façon simultanée mais non synchronisée.
3. Forme fermée figurée : la troisième, de même durée, est une narration expressive, globale et de nature symphonique, bien que "concrète" : associant les sons d'objets anecdotiques détournés aux voix très expressives des interprètes, chantant des sons concrets leur tour, elle est accidentée, tumultueuse et hétérogène (accumulation de sons composés et de sons composites).
Ainsi, cette étude au temps, parcourt trois durées successives de 4 minutes avec trois écritures antagonistes, qui défient la perception d'une durée unique, étendue, distendue, contractée, compressée selon les cas, selon les formes, selon les couleurs sonores.
Cette pièce est une des œuvres inscrites dans un Colloque/Création sur ”Le Temps”, rassemblant lors de deux journées publiques (ouvertes à des détenus, des surveillants et des personnes de l’extérieur), plus de 13 conférenciers (philosophes, anthropologues, physicien, neurologue…) et 30 interprètes musiciens
Approche artistique
Pour éviter une instrumentalisation réciproque et réductrice de la musique et des communications parlées entre elles, nous élaborons un programme double, parallèle, en prenant soin de surveiller les "relations" que les musiques et les sons vont entretenir avec les thèmes, les exposés : les surveiller pour qu’il n’y ait pas "parachutage" total ou hétérogénéité absolue, mais surtout pour qu’il n’y ait pas illustration (même à notre insu), redondance, commentaire. Ceci n’est pas une chose facile car il ne suffit pas de chercher à y échapper pour que cela ne se produise pas : l’auditeur met du sens partout (c’est son rôle !). L’objectif est donc ici de construire sur le même thème, deux ”colloques” indépendants, avec deux langages distincts, l’un musical, l’autre linguistique. Pour que la relation soit forte, que les perceptions du public soient multiples (et donc les débats intéressants), il ne faut pas que ces deux langages jouent trop entre eux, qu’ils dialoguent dans leur contenu : leur alternance et leurs rebonds mutuels doivent au contraire les renvoyer de façon physique (et non argumentée) très vivement face à face, dos à dos. Il n’y a pas de discours organisé, établissant des correspondances entre des modes d’appréhension d’un sujet, mais une simultanéité de concours sensibles et théoriques, confiés à l’un ou à l’autre en alternance. C’est le public qui établit les passerelles, les relations, fait les développements, construit les débats.
Il y a d’un côté ce qui est donné à entendre, de l’autre ce qui est donné à écouter ! Il sera donc question tout au long de cette séance de confrontation auditive (dont la vocation est de bien distribuer la parole) et non d’analyse musicale (il n’y aura pas dans le colloque de débat sur les musiques : chaque extrait est donné en concert !).
Nous chercherons donc à entendre comment émerge de chacune des musiques une interpellation du temps singulière en triant le champ de ces interpellations parmi, par exemple :
• le temps dans la structure de la musique (étirement ou sectionnement, accélération ou ralentissement, phrases ou objets sonores successifs, etc.) ;
• le temps de la structure musicale (mouvements, thèmes, passages, transitions, métamorphoses, enchaînements, constructions successives, etc.),
• le temps de la musique ou l’impression de durée musicale, (perception dans la répétition, dans le renouvellement, dans la rapidité, dans la virtuosité, etc.) ;
• l’inscription de la musique dans le temps (musique du futur, musique datée, musique écoutée le matin, la nuit, en ambiance de fond, de façon concentrée, etc.),
• la musique signifiant ou non l’écoulement du temps (narration, construction formelle, picturale, construction anecdotique, « radiophonique », composition impressionniste, musiques avec textes ­ chanson, opéra, lied, rap, etc.),
• etc.
Programme
Présentation du « Colloque / Création » par Nicolas Frize
Première partie
• « Le goût de l’instant », parabole de Bouddha, « La quête de l’éternité », conte traditionnel d’origine eurasienne, par Édith Mac Leod, conteuse
• “Improvisation”, par Jean-Pierre Drouet, percussionniste (zarb)
• « Une pièce d’un franc, la terre et le big bang », par Roland Lehoucq, astrophysicien
• “Automne pathétique”, pièce électroacoustique de Dieter Kaufmann / Spatialisation : Laurent Denoux, surveillant
- Insert sonore = expression vive et éphémère d’un vase en cristal -
• « Les débuts et la fin des temps », par Marie-Josée Mondszain, philosophe
- Insert sonore : descentes d’escalier -
• “Abîme des oiseaux”, extrait du “Quatuor pour la fin du temps” d’Olivier Messiaen, par Jacques Di Donato, clarinettiste
- Insert sonore = projections de jouets d’un enfant dans sa chambre -
• « Le chaos de la chambre de ma fille », par Eric Rouzoul, surveillant
- Insert sonore = « Le gai luron des Flandres » par le 2e commando du 11e bataillon des parachutistes de choc, sous la direction du capitaine Soufflet -
• « Le temps perdu » de Ernest Jontit, parrainé par Pierre Pachet, essayiste
- Insert sonore : ambiance de nuit
Débat, avec Daniel Durney, musicologue
- « Musique d'ameublement : tenture de cabinet préfectoral » d'Eric Satie -
Visite du Studio du Temps aux ateliers (groupe 1). Écoute des archives sonores de l’Ina (actualités)
Seconde partie
• « Les temps biologiques », par Thomas De Broucker, chef du service neurologie de l’hôpital Delafontaine de St-Denis
- Insert sonore : crépitements -
• « Les horloges atomiques du futur », par Philippe Laurent, physicien à l’Observatoire de Paris
• “Vox in rama”, “Laudate pueri”, “Enixa est puerpera”, “Res est admirabilis”, “Leto leta concio”, “Dies ista gaudium”, “Uterus hodie virginis floruit”, par l’Ensemble Discantus, dir. Brigitte Lesne, avec Brigitte Le Baron, Anne Guidet, Lucie Jolivet, Nicole Jolliet, Brigitte Lesne, Catherine Schrœder, Catherine Sergent
• Poèmes simultanéistes : « Prose du transsibérien et de la petite Jeanne de France » de Blaise Cendrars, « Chant de la grand’route » de Walt Whitman, « Les fenêtres », de Guillaume Marti, « Lundi rue Christine » de Guillaume Appolinaire. - Lectures par Morad Ben Djaballah, Jimmy Apadoo, Donatien de Béthune et Nathalie Bentolila
• Poème simultanéiste dit par toute la salle : « A bord de l’aéronef » de Henri-Martin Barzun
- Insert sonore : compilation de signaux, logos, sirène, alarmes médicales, sonnettes, chant du coq… -
• « L’apprentissage et les maladies du temps », par Thomas De Broucker
• “Conversations solo” de Georges Aperghis, par Jean-Pierre Drouet, percussionniste (machines musicales de Claudine Brahem)
- Insert sonore : « L’ouïe, le vide et la musique » (écoute 7) de Nicolas Frize -
• « Le temps des sons / le temps de l’écoute », par Daniel Deshays, ingénieur du son
• “Tous les garçons et les filles” de et par Françoise Hardy (gravure non restaurée)
Débat, avec Daniel Durney, musicologue
- Insert sonore : intérieur train couchette
Troisième partie
• “Sir Henry Umpton’s Funerall” de John Dowland, par le Rose consort of viols, Jacob Heringman, luth
• “Hard techno” par DJ Nush, Arnaud Vélicitat
- Insert sonore : divers ateliers de l’usine Renault du site de fabrication de Boulogne-Billancourt (1995)
• « De diverses pratiques du temps en Océanie et ailleurs », par Alban Bensa, ethnologue
• “Sweet stay awhile”, “Sir John Smith”, “In darkness let me dwell”, airs et allemande (luth solo) de John Dowland, par Marie-Claude Vallin, mezzo soprano et Eugène Ferré, luthiste
- Insert sonore : patchinko, salle de jeux à Tokyo -
• « Le temps du capital », par Jean-Marie Vincent, professeur en sciences politiques à Paris VIII
• “Piano phase” de Steve Reich, par Cyril Hernandez et François Bedel, percussionnistes (marimbas)
• « Mesure du temps et culture occidentale » par Joëlle Mauerhan, directrice du Musée du Temps de Besançon
- Insert sonore : sciage d’une planche. A l’égoïne : René Nau, surveillant
- Insert sonore : diverses cloches -
• “Stripsody” de Cathy Berbérian, par Marie-Claude Vallin, mezzo soprano
• « Musique et temps », par Anne Boissière, philosophe
- Environnement sonore : musée du Louvre et jardin de Luxembourg -
• “Préludes et fugues BWV 885 en G mineur et BWV 875 en D mineur” de J.-S. Bach, par Maude Gratton, claveciniste
Débat, avec Daniel Durney, musicologue
- « Musique d'ameublement / tapisserie en fer forgé » d'Eric Satie -
Quatrième partie
• “Le temps des cerises” et “Perles de cristal”, par Gérard Potier, chanteur populaire et joueur d'orgue de Barbarie
- Insert sonore : chalutier au loin dans le port -
• « Penser le présent ? » par Véronique Nahoum-Grappe, anthropologue
• “Mo boma”, berceuse et “Kulu kulu”, jeu d’enfants : voix d’enfants pygmées Aka (Centrafrique)
• « Quelle solidarité, présent, passé, avenir ? » par Jean Chesneaux, historien
- Insert sonore : urgences et salle de néonatalogie (hôpital Delafontaine de St-Denis) -
• “Tribal poursuite”, par « Qu’est ce qui’s passe trio », Christophe Renaud, Jean-Pierre Berry, Pascal Delage
- Insert sonore : la mer, l'autoroute, pipi, le feu dans la cheminée -
• « L'événement », par André Pessel, philosophe
- Surprise de réveils -
• “Incidemment”, création de Nicolas Frize, pour 24 interprètes dont Nicholas Isherwood, basse, Stéphane Werchowski, ténor, Marcus Jenny, violoncelle
Débat, avec Daniel Durney, musicologue
• Allocutions de clôture d'un représentant du ministère de la Justice et d'un représentant du ministère de la Culture
- Insert sonore = le temps qu'il fait -



+ d'Articles :

Langage d'un jour

2010
Paysage sonore continu, pour voix et voix, mots et mots... en trois temps... et trois espacesThéo Merigeau, Hsiao-Yun Tseng, Ya-HuiLiang, Jérémie...

la - concert de porcelaine

2009
Cette œuvre est l’aboutissement d’une résidence de trois ans que le compositeur Nicolas Frize  conduit dans la Manufacture Nationale de...

喜鹊 « Shi Tchué »

2008
Nicolas Frize, compositeurHu Chenyun, Mi Songjie, Lan Yupeng, Wu Hui, Qiao Haibo, siffleurs chinois (kouxians, koudis, dizis, suona)Cyrille Brissot,...

Le Chant de la Chair

2001
Avec Alexandre Régis et François Marillier (ces deux musiciens présentent un contraste morphologique recherché pour l'exécution de la...

Rêves de hotte

1999
Avec Alain Accard, Gérard Authelain, Nathalie Barbey, Michelle Bernet, Anne de Broca, Anne Bustarret, Benoît Caillard, Marc Caillard, Agnès...

Concert de locomotives

1998
Création en hommage aux futuristes du début du siècleAvec Jean-François Ballèvre, Nicolas Mallartre, Jean Rochas, Christian Heintz... neuf...

Patiemment

1994
"Je voudrais lutter à vos côtés, transformer l'image stéréotypée de ce lieu auquel sont attachées les idées de silence, d'enfermement et de...

À fleur de peau

1993
Avec Chantal Aguer, Christine Lagniel, Claire Talibart, Cyril Hernandez, Eve Payeur, Gaston Sylvestre, Hélène Colombi, Hsiao-iyin Wang, Laurence...

C'est l'heure

1990
Hommage poétique et ludique à la tableAvec Lucie Jolivet, Geneviève Lacorne, Jean-Louis Bindy et François BedelPièce courte commandée et...

Concert de pierres - 3ème

1990
Reprise du dispositif du "Concert de Pierres 2ème" et réécriture musicale.

Concert de pierres - 2ème

1989
Avec Jean-Pierre Drouet, Gaston Sylvestre, Willy Coquillat, Françoise Gagneux, Jean Rochas, percussions, Lucie Jolivet, soprano, Serge Garcia,...

Concert de timbre (1&2)

1987
Avec Christian Mariotti, Jean Couturieux, Frédéric Jeannet, percussions, Marie-Laurence Cazaux, clavecin, célestaOn fait sonner le téléphone de...

Concerts de Pierres

1986
Avec Nadège Clément et Nicolas Mallarte, sopranos, Willy Coquillat et Jean Rochas, percussions, orchestre minéral interprété par Agnès Boury,...

Concert de Savants n°1

1987
Créé pour la fête de la musique en 1987, face à la géode (public sur la passerelle principale)Deux cents interprètes professionnels et amateurs...

Voix-ci, voix-là

1986
L’art n’est pas dangereux : Arts-7, festival qui s’est tenu en 1986, à Rennes, avait radicalisé cette idée fort juste et pourtant...

Concert de haine

1986
Sorte de « 2ème mouvement » du « Concert de baisers » (donné pour la fête de la musique 1983) - en réponse à l’évolution politique...

Concert de Bébés 2ème

1985
Avec Caroline Louis, Youn Lebeller, Solène Durox, Alexis Deligne, Simon Fretel, Pierre-Yves Aubin : ces jeunes interprètes solistes avaient tous à...

Ouvert pour travaux

1984
La manifestation s'est déroulée dans le chantier de l'ancienne gare, interrompant quelques jours les travaux de réhabilitation.

Concert par la racine

1984
Avec Dominique Lemonnier, violon, Marc Marder, contrebasse, Claude Villevieille, hautbois, Hervé Ghislain, clarinette basse et un grand ensemble,...

Concert de baisers

1983
Recrutés pour l’occasion, 300 instrumentistes du baisers, venus de la capitale et d’Ile de France, choisis après sélection, entraînés à la...

Du Pain sous les Ponts

1982


Partition écrite pour l'Harmonie des Sapeurs-Pompiers de Paris et douze véhicules d'intervention (accordés)

 

Musique en blouse

1982
Envahissant leur atelier de mécanique générale, sur les machines (fraiseuses, tours, rectifieuses, étaux-limeurs) détournées en instruments de...

Concert vertical

1978
1979 ?

Palimpsestes

2016
Œuvre acousmatique du 11 au 14 octobre 2016Le Groupe de Recherches Musicales de l’INA a souhaité accompagner Nicolas Frize dans la suite de sa...

Silencieusement

2015
Concert itinérant en six mouvements - du 7 au 9 octobre 2016La résidence La résidence du compositeur aux Archives nationales, débutée en 2014,...

J'entends tout !

2016
Parcours sonore en quatre mouvements, pour instruments, voix et objets sonores avec la participation de l’ensemble de l’école Concert et...

Intimité

2014
Nicolas Frize, compositeurPatricia Kraeutler, flûte, Patrice Antonangelo, trompette, Stéfan Legée, trombone, Philippe Legris, tuba, Nadia...

Peut-être, ça va... arriver

2013
"Un texte où il est question d’enfance, de souvenirs qui filent, de mémoire qui s’effiloche.Une partition musicale qui joue avec le texte comme...

« Ouïe-Dire »

2013
Travail d’écoute, de lutherie (à partir de grès noir et de matériaux naturels), d’écriture sonore et d’interprétation musicale avec huit...

Amours en vie

2013
Fête des Vendanges 2013 « Montmartre fête l’amour »Mairie du 18ème à Paris – le 9 octobre 2013Action musicale collective proposée par le...

Chaos à quai

2014
 Frénésie musicale de Nicolas Frize« Des sons s’engouffrent dans la gare, il paraît qu’ils viennent de Brives. Filant à vive...

Soufflé

2011
Palais de musiques, labyrinthe de voix et d’instruments, loft sonore géant, concert permanent à tous les étages, festival de créations, galerie...

À petits pas

2006
Résidence de Nicolas Frize, à l’invitation de la Mairie de Signes et sous l’impulsion d’Alain Maillet, entre septembre 2006 et juin 2007....

Je ne sais pas

2011
« Je ne sais pas… » crée de multiples jeux de traduction, que ce soit d’une langue à une autre, ou d’un langage à un autre...

Nébuleuses

2003
Entre le gaz, le solide et le liquide, allant des fourmillements aux nappes, des grandes vitesses aux immobilités, des grandes densités aux...

Musique contemporaine au village

2010
Chaque année, depuis 2009, Nicolas Frize mène un projet musical avec les élèves et l’équipe pédagogique des écoles maternelle et...

Je t'aime, je meurs

2003
Avec François Le Roux et Noël Lee à Saint-Denis, puis Dominique Ploteau et Jonas Vitaud à Paris.Le livret, réalisé par le compositeur, est un...

Desseins

2002
(…Cette création et ces concerts sont la deuxième partie de “Carnet de notes”, qui fut donné à la salle de la Légion d’Honneur de...

Carnet de notes

2002
« Carnet de notes » : des écritures, jusqu’alors secrètes, fruits du travail studieux, crayonné, raturé, dessiné dans la concentration...

Auguste s'envole

2001
Neuf partitions s’enchaînent dans quatre lieux successifs les unes à la suite des autres. Elles ont toutes une durée propre de 9 minutes et sont...

Du plus profond

2000
Réalisé avec 300 interprètes cubains (Clôture du Festival de Musique Contemporaine de l’Unéac) puis 300 interprètes français (3 villes de...

Deux instants

1999
Avec Isabelle Chevalier, organiste et Lucie Jolivet, voix émergenteDans le cadre du Festival du Groupe de Recherche Expérimentale de MarseilleUn...

Un instant

1994
Avec Michel Bourcier, Lucie Jolivet et le chœur des Musiques de la BoulangèreCréation inaugurale du nouvel orgue (facteur Daniel Birouste),...

Le ciel m'est monté à la tête

1982
Avec Jean-Louis Bindi, baryton, haute-contre, Nathalie Barbey et Lucie Jolivet, soprani, Nancy Daveau, mezzo, Nathalie Carraud et Agnès Bouy, alti...

Hommage aux mots

1987
Avec les voix de C. Rich, Kriss, J. Artur, R. Gicquel, M. Morelli, J. Livchine, L. Badie…Œuvre multi-pistes commandée par le ministère de la...

Vous avez la ligne

1981
Avec Béatrice Cramoix, soprano, Pierre Danais, ténor - mise en scène : Mireille LarrocheThème : le Réseau, espace de convivialité insolite dans...

Paroles de voitures

1984
Cette pièce est écrite à partir des enregistrements de l’usine. Parmi la quasi totalité agressive et néfaste des bruits, parfois, perdus,...

La voix des gens - Chronique musicale numéro 1

1996
Chronique n°1 - prisme mobile - l’oreille en dedans - paysage centrifugeAu cœur de la voix, son corps.La matière, la couleur, la densité, la...

La voix des gens - Chronique musicale numéro 2

1996
Chronique n°2 - exposé de l’altérité - l’oreille en dehors - paysage centripèteLes ressources sonores et donc musicales de l’organe vocal...

La voix des gens - Chronique musicale numéro 3

1996
Chronique n° 3 - déclaration d’existence - l’oreille traversée - paysage dans le paysageDans une immense friche industrielle abandonnée,...

La voix des gens - Chronique musicale numéro 4

1997
Chronique n° 4 - Équilibre et désordre - L’oreille Mobile - Paysage dans la matièreAller au fond : le temps d’un questionnement sonore qui...

La voix des gens - Chronique musicale numéro 5

1997
Chronique n° 5 - Déséquilibre et ordre- L’oreille Immobile - Paysage hors de la matièreLes voix volent, le son semble flotter, se fondre et...

Tout contre

1993
Cette partition est dédiée à l'univers urbain, à son environnement sonore, à ses mélanges, ses bruits témoins de ses richesses, ses échanges,...

La voix des gens - Chronique musicale numéro 6

1997
Chronique n° 6 ­ Multitude - L’oreille singulière - Paysage instantanéIl nous reste tant à ouïr !1 voix + 1 voix = 100 000 voix.Chacun de...

La voix des Gens - La Voixthèque

1997
Réalisation en parallèle d’une Voixthèque, mémoire sonore de 200 voix du nord de Paris, d’un ACR - Atelier de Création Radiophonique pour...

La voix des gens - Chronique musicale numéro 7

1997
Chronique n° 7 ­ Unitude - L’oreille multiple - Paysage dans la duréeJe me suis engagé une 1ère fois… Je n’aurai donc jamais fini !Faire...

Li(v)res en scène

01
Mise en scène à l’attention d’un auditoire préparé, de la lecture silencieuse et collective d’une œuvre littéraire choisie et projetée...

Révolution, je t'aime

1998
Création « presque » spontanée pour un ensemble de douze instrumentistes et une foule pensante et chantante.Un hommage aux 30 ans de la Maison...

L'ouïe, le vide et la musique

1998
Présentation musicale, sonore, visuelle… alternative le long d’un immense parcours souterrain, faisant suite à un atelier de recherche...

Le flux, la coupure et la suspension

1999
Présentation dans quatre cafés de quatre villes du 93 d’un travail de quatre mois, comprenant la constitution d’une mémoire sonore de ces...

Choeurs de Canal

1981
Concert flottant ininterrompu : cinq heures de musique sur bande magnétique et vocale (80 choristes), de lumières, d’artifices, et d’animation...

Vases communicants

1976
Commande du conseil général de la Seine-Saint-Denis pour la cérémonie des voeux annuels : programme musical constitué de pièces musicales...

Musique en pistes

1979
Ensemble d’œuvres sur bande, créées en multi-pistes, vocales et concrètes.Concert électroacoustique en haute montagne.La régie de...

Une histoire de pigeons et de tourterelles

01
Une quarantaine d'enceintes acoustiques sont disposées autour de la Grande Halle, sur le périmètre extérieur, sous les retombées de la toiture...

Les maisons chantent

1981

Sur le bout de la langue

2016
Première édition (2009) : Performance dans le cadre de la création de Nicolas Frize : Je ne sais pas…Dialogue entre neuf personnages parlant...

Champagne majeur

01
Conception pour le stand de France-musique d’un buffet Musical (enregistré), avec des interventions discontinues du choeur d'enfants et des...

Deux peintures de peintre

2012
Première (et dernière) création exclusivement électronique de Nicolas Frize. réalisée lors d'une résidence de deux mois à la faculté de...

La danse des traductions

2010
Un présentateur fou introduit et commente des courts-métrages ou extraits de films projetés dans une salle de cinéma. La programmation mêle un...

Conversations inouïes

2010
Séance d’invitation à la peinture, au dessin et à la calligraphie abordés comme des “langues vivantes”. Une double interprétation...

Ecoute écoute (1)

2008
Paysages transportés, forêt sonore, campagne urbaine et couleurs de ville, océan d’oiseaux et de cailloux, voix de silence et éclair de pluie,...

Petites vacances rue Watt

2005
Création à partir d’œuvres personnelles et d’œuvres du répertoireAvec Muriel Ferraro (alto), Christophe Laporte (alto), Florian Westphal...

Composition française

1991
Création sur les apports étrangers présents à travers les siècles dans la culture française : ici comme ailleurs, les notes savantes...

Chœurs d'enfants - Marguerite et Boniface

1979
« Marguerite et Boniface » à Créteil a marqué la clôture et une sorte d’aboutissement de cette série de créations pour grands chœurs.La...

Chœurs d'enfants - Norbert et Blandine

1978
À l’occasion de sa création, l’Atelier Régional de Musique présente le travail que le compositeur Nicolas Frize, conseiller de l’Atelier, a...

Chœurs d'enfants - Léonard et Magali

1977
Ce concert est l’aboutissement d’un travail vocal mené pendant deux mois d’animation et de répétitions dans trois écoles primaires de...

Grands chœurs d'enfants

1977
Ce travail contient trois aspects :• Un propos pédagogique alimenté à la fois chez les enfants par la découverte de la musique contemporaine,...

Elle est belle

1985
Mise en scène Jean-Louis Gros, scénographie Yves Cassagne, Livret de Mathilde La Bardonnie. Orchestre l'Ensemble 2E2M sous la direction de Paul...

Incidemment

1998
Toute la relation qui va suivre (mais pas seulement elle, parlons aussi de la façon dont chacun advient mais plus encore, de la façon dont le...

Manifeste musical

1989
Production organisée en hommage à la Révolution Française, donnée de façon "sauvage" et spontanée, sans autorisation ni aide financièreLe...

Passion profane

1991
Partition montée avec une trentaine de détenus longues peines dans le cadre d’une résidence de cinq mois du compositeur dans l’établissement....

Que souffle la tempête

1989
Commande de l'établissement public de Cergy-Pontoise, pour la commémoration de l'anniversaire de la Déclaration des droits de l'homme (création...

T'entends ce que j'entends ?

1993
Avec Marie-Claude Vallin, soprano, Jacqueline Cellier, soprano, Luisa Diez, alto, Gisèle Ergol, alto, Marie Valin, comédienne, Jean-Louis-Bindi,...

Nos yeux ont des reflets rouges

2012
Inspiré du caractère et de la scénographie des opéras populaires de la période de la révolution culturelle chinoise. Avec Nathalie Barbey,...

êtres

2006
Une résidence simultanée dans 7 villesCe dispositif de création a offert six situations de résidence simultanées au compositeur Nicolas Frize et...

Dehors au dedans

2009
Un ensemble constitué d’une chanteuse alto et d’une vingtaine de musiciens joue sur une scène éclairée par des petites lampes. Des sons...

Maintenant

2006
Sur la résidenceA l'invitation de Radio grenouille, le compositeur Nicolas Frize "entre en résidence" à Marseille. Invité à partager sa méthode...

Le Philharmonique des mots

2010
Cent « choristes », deux instrumentistes, un chef d’orchestre, une partition, un livret... et une salle.C’est la recette (culinaire) du «...

être sujets dans son travail

2014
Cette manifestation a été inaugurée à la Maison des Métallos (Paris 11e), les 19 et 20 avril 2012, une seconde édition a eu lieu les 23 et 25...

Fenêtres sur Fenêtres

2014
L’association met en œuvre un projet d’envergure, sur le thème de la culture et du travail, associant l’établissement pénitentiaire de...

Danse - Cie L'esquisse

1986
Derrière le mur - Festival d'Avignon, Cloître des Carmes (1986), Théâtre de l'Hotel de ville à Paris,, Théâtre Bunkamura, Tokyo (Japon),...

Danse : Compagnie Red Notes

1981
Route de Louvier-Juzon -  Grande salle du centre Georges Pompidou (1986)En collaboration avec le GRCOP (Groupe de Recherche Chorégraphique de...

Danse : Compagnie

1976
Chorégraphies pour Jacques PatarrozziAvec Jacques Patarozzi, Dana Sapiro, Malou Airaudo, Dominique Mercy, Héléna PikonThree - Présences - Quatre...

Vous avez la ligne

2012
Avec Béatrice Cramoix, soprano, Pierre Danais, ténor - mise en scène : Mireille LarrocheThème : le Réseau, espace de convivialité insolite dans...

Danse : Centre chorégraphique de National de Basse-Normandie

1987
Elul - Théâtre de CaenCréation pour l'Ensemble Instrumental de Basse-Normandie (flûte, hautbois, basson, cor, percussions, clavecin, violon,...

Dédicaces

1993
Stéphanie Aubin

Orphée, mettez-y du vôtre

1992
Stéphanie Aubin

Nos images et les leur(res)

1990
Stéphanie Aubin